Blog des experts

Ce qu'il faut savoir sur le corps de chauffe

Ce qu'il faut savoir sur le corps de chauffe

Le corps de chauffe est la pièce maîtresse de la chaudière où est produite la chaleur. La flamme du brûleur s’y déploie et la chaleur dégagée est transmise à l’eau du circuit de chauffage, de l’autre côté des parois du corps de chauffe qui joue donc le rôle de chambre de combustion mais aussi d’échangeur de chaleur.

Corps de chauffe: sa conception dépend de votre chaudière 

La conception du corps de chauffe dépend de plusieurs paramètres, tout particulièrement du type de chaudière. Dans une chaudière à condensation (hormis quelques modèles fioul), la combustion et la condensation ont lieu toutes les deux dans le corps de chauffe. Celui-ci doit donc être conçu de manière à favoriser la condensation. C’est tout le contraire dans une chaudière traditionnelle basse température où il faut éviter la formation de condensats pour ne pas risquer une corrosion prématurée. Les matériaux utilisés pour le corps de chauffe sont (toujours à l’exception de certains modèles fioul) différents pour les modèles basse température et condensation, et adaptés dans ce dernier cas à l’acidité des condensats. 

Le corps de chauffe en acier ou acier/fonte

Les chaudières gaz basse température Viessmann sont équipées d’un corps de chauffe en fonte ou acier/fonte. C’est aussi le cas de certaines chaudières fioul à condensation quand elles ont un condenseur situé en aval du corps de chauffe, généralement placé à l’arrière de la chaudière. La combustion et la condensation ont lieu dans ce cas, à deux endroits différents.
Alors, corps de chauffe en fonte ou mélange d’acier et de fonte ? Le choix dépend surtout du type d’émetteurs de chauffage ; la règle étant de réduire le nombre de métaux différents sur une même installation pour éviter les phénomènes de corrosion galvanique. Ainsi, si la maison est équipée de radiateurs anciens en fonte, on optera pour un corps de chauffe également conçu en fonte. On le trouve sur les modèles Vitorond et Vitorondens.
Avec des radiateurs en acier, on choisira au contraire un corps de chauffe en acier et fonte. Ce brevet exclusif Viessmann offre plusieurs avantages : une excellente qualité de transmission de la chaleur vers l’eau de chauffage, tout en bénéficiant à la fois de la tenue à la corrosion de la fonte et de la souplesse de l’acier face aux variations de pression et de température. On trouve ce corps de chauffe sur les chaudières basse température Vitola, mais aussi sur les chaudières fioul à condensation Vitoladens. Dans ce dernier cas, la condensation n’a pas lieu dans le corps de chauffe mais dans un condenseur indépendant.

L’intérêt de l’inhibiteur de corrosion

Tout n’est jamais aussi simple qu’il y paraît. Prenons le cas d’une personne dont la maison est équipée de radiateurs en acier et qui souhaiterait installer une chaudière fioul à condensation Vitorondens 222, seule dans son genre à être pourvue d’un ballon intégré mais dont le corps de chauffe est en fonte. Est-ce possible ?
La réponse est oui mais à condition de prévoir un traitement d’eau avec un inhibiteur de corrosion, tout en vérifiant régulièrement (tous les 2 à 3 ans environ) sa concentration dans le réseau de chauffage.

Le corps de chauffe en acier inoxydable

De conception différente, ce corps de chauffe en acier inoxydable est destiné aux chaudières à condensation. Viessmann le décline en deux versions : avec des surfaces d’échange en « inox radial » ou en « inox crossal ».
Le corps de chauffe en inox radial équipe les gammes Vitodens 100 et 200. Les surfaces d’échange contiennent un faible volume d’eau, à la différence des corps de chauffe en inox crossal dont sont équipées les chaudières Vitocrossal 300, positionnées plus haut de gamme. La transmission de chaleur des fumées vers l’eau du circuit de chauffage est excellente dans les deux cas, mais l’est encore davantage avec l’inox crossal.
Le volume d’eau élevé des surfaces d’échange en inox crossal rend par ailleurs ce matériel moins sensible aux variations de température, de pression et aux effets de la dilatation mécanique : la durée de vie du corps de chauffe est donc supérieure, 25 ans en moyenne, là où elle s’élève à une quinzaine d’années avec l’inox radial. Autre avantage de cette conception en inox crossal : les condensats ruissellent sur les parois et assurent ainsi un autonettoyage permanent du condenseur.
A contrario, le corps de chauffe en inox radial possède des atouts par rapport à l’inox crossal : moindre encombrement, prix inférieur, plage de modulation de puissance plus large. Autants d’éléments qui font que ce corps de chauffe trouve sa place dans des chaudières murales, là où le corps de chauffe en inox crossal est réservé aux chaudières au sol, sans ballon intégré.

Schéma en vue découpée chaudière vitocrossal

Vous avez un projet de chauffage déjà assez concret ? Vous commencez à vous renseigner sur un projet, en neuf ou en remplacement d’une installation existante ?
Remplissez le formulaire suivant ; nous nous ferons un plaisir de vous accompagner.

Commenter cette publication
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes ou non un visiteur humain et à prévenir les soumissions automatisées de spams.