Blog des experts

Pompe à chaleur : ce qu’il faut savoir pour bien installer l’unité extérieure

Pompe à chaleur : ce qu’il faut savoir pour bien installer l’unité extérieure

Chez Viessmann, modèles géothermiques exceptés, toutes les pompes à chaleur possèdent une unité extérieure, c’est-à-dire positionnée hors de l’habitation. Cet équipement prélève l’énergie présente dans l’air extérieur pour la restituer sous forme de chaleur dans le logement (le cycle s’inverse en été pour rafraîchir la maison quand l’équipement est réversible).

Compresseur

Pour les pompes à chaleur air/air (chauffage aéraulique), l’unité extérieure est reliée à l’unité intérieure (ou aux unités intérieures quand il s’agit d’une pompe à chaleur multisplit) par une canalisation où circule un fluide frigorigène qui véhicule l’énergie. Pour les modèles air/eau, cette énergie peut être véhiculée par une liaison frigorifique (modèles split) ou hydraulique (modèles monobloc). Dans ce dernier cas, tous les composants du circuit frigorifique sont réunis dans l’unité extérieure. Dans tous les cas, l’unité extérieure intègre un compresseur, organe dont le niveau sonore de fonctionnement oblige à prendre certaines précautions lors de l’installation.

5 dB(A) maximum

La possible nuisance sonore pour le voisinage (mais aussi pour soi-même) constitue le principal critère à prendre en compte pour la bonne installation d’une pompe à chaleur. La législation en vigueur est d’ailleurs claire à ce sujet : le décret du 31 août 2006 fixe ainsi un seuil d’émergence acoustique (égal au bruit en fonctionnement auquel est retranché le bruit résiduel, mesurés en limite de propriété) à ne pas dépasser : 5 dB(A) le jour (7h-22h), 3 dB(A) la nuit. 

Limitation de l’émergence

L’unité extérieure doit donc être positionnée avec soin. Un point important à prendre en compte est la réflexion du bruit émis. Attention aux phénomènes d’amplification ! Par exemple, le niveau de pression acoustique d’une unité extérieure placée dans un angle est augmenté de 6 dB(A) par rapport à un même équipement au champ libre. On évitera donc quand cela est possible les cours intérieures et les angles. Des solutions (écran acoustique…) existent sinon pour réduire le bruit. A privilégier également la mise en place de la pompe à chaleur au sol, toujours sur des plots antivibratiles. Il est aussi possible de la fixer en façade mur mais il faut alors prendre en compte le risque de vibration transmis au bâti.

Puissance acoustique et pression acoustique

Les contraintes d'émergence sont donc directement impactées par le niveau sonore de l’unité extérieure. Deux termes reviennent fréquemment lorsqu’il est question de quantifier l’intensité sonore d’une pompe à chaleur :

  • La puissance acoustique
  • La pression acoustique

L’une comme l’autre disposent de la même unité de mesure : dB(A), entraînant de par le fait des confusions. Dans les faits, ces valeurs sont très différentes. La pression acoustique est directement liée à la puissance acoustique mais aussi à son environnement.

La puissance acoustique est la puissance sonore que génère l’appareil. C'est-à-dire que c’est le niveau sonore directement à la sortie de l’équipement. Seule la puissance permet de comparer des produits entre eux et c’est pour cela qu’il est indiqué sur l’étiquette énergétique du produit (exemple ici).

La pression acoustique est le niveau sonore ressenti à une certaine distance de l’appareil. Plus la distance est grande entre l'appareil et le point de mesure et plus le niveau sonore est atténué et donc la pression acoustique est faible.

Néanmoins, la pression acoustique n’est pas seulement influencée par la distance mais également par son environnement. Par exemple, une PAC installée en champ libre sera plus silencieuse qu’une PAC installée dos au mur. De même dos au mur, la pression acoustique sera plus faible que lors d’une installation en angle. Cela est dû en partie aux phénomènes de réverbérations du son qui agissent comme des amplificateurs.

  

Intégration environnementale

Pour le reste, le choix de l’emplacement de l’unité extérieure est libre. L’orientation notamment n’a pas d’importance. Le seul critère à prendre en compte est alors l’intégration esthétique. L’équipement peut être dissimulé avantageusement par un écran végétal, en respectant au moins 1 m pour assurer une bonne circulation de l’air. Attention toutefois car la pompe à chaleur, quand elle est réversible, rejette de l’air chaud en été. On trouve aussi sur le marché des caches. Ces coffrages dont la seule fonction est esthétique s’adaptent à l’unité extérieure sans gêner la circulation de l’air. Prudence par contre avec les abris, comportant notamment une toiture, qui peuvent gêner cette circulation d’air et dégrader les performances de la pompe à chaleur.

Vous avez un projet de chauffage déjà assez concret ? Vous commencez à vous renseigner sur un projet, en neuf ou en remplacement d’une installation existante ?
Remplissez le formulaire suivant, nous nous ferons un plaisir de vous accompagner.

Commenter cette publication
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes ou non un visiteur humain et à prévenir les soumissions automatisées de spams.
Le Berre Aurélien posté le 21 Avril 2022
Bonjour, Je viens d'installer une Pompe à chaleur Viessmann à mon domicile, avec l'unité extérieure en bordure d'un champ cultivé, générant donc de la poussière. Quel est le meilleur moyen de protéger l'unité extérieure? Merci et bonne journée, Aurélien Le Berre
Etienne Bauquis posté le 26 Avril 2022
Ma première idée était d’installer du solaire Vitosol 200FM SV2F, mais mon installateur me l’a déconseillé…pas assez de soleil dans le département. Je me suis rabattu pour certainement une pompe à chaleur nouveau modèle de chez Viessmann. Elle remplacerait la Vitocal 222 S AWBT. Pourriez vous m’en dire plus. Actuellement je chauffe au fioul, ainsi le sanitaire. Cordialement. E.Bauquis.
?
Vous avez besoin d'aide ?
Installateurs qualifiés RGE et formés aux solutions Viessmann