Blog des experts

Combien coûte une pompe à chaleur ? Prix des PAC air-air, air-eau…

Combien coûte une pompe à chaleur ? Prix des PAC air-air, air-eau…

La pompe à chaleur aérothermique air/eau : une économie en coûts et en énergie

L’investissement pour une pompe à chaleur est plus onéreux que pour une chaudière. Mais les économies de chauffage sont plus importantes à l’usage. Par rapport à une chaudière fioul, la facture est divisée d’un facteur 2 à plus de 3. Tout dépend des émetteurs du logement. Les économies les plus importantes sont obtenues avec un plancher chauffant très basse température.

Alternative à la chaudière à condensation, la pompe à chaleur air/eau prélève l’énergie de l’air extérieur pour chauffer des radiateurs ou un plancher chauffant.
Pour une maison convenablement isolée, il faut compter entre 6500 €TTC et 9500 €TTC pour la gamme Vitocal 111-S, selon la puissance et le taux de TVA à appliquer (TVA à 5,5% en rénovation avec un installateur RGE et TVA à 20% dans le neuf).


Pour l’installation, comptez de 1500 € à 3000 €TTC supplémentaires selon le type de chantier (neuf ou rénovation) et la complexité des travaux.
Pour la gamme Vitocal 222-S, aux performances thermiques et acoustiques encore améliorées, prévoyez 2000 €TTC supplémentaires.
Les modèles simple service (ou chauffage seul) sont environ 1200 € à 2200 €TTC moins cher que ceux, dits double service, intégrant un préparateur sanitaire.
Et pour une version réversible, capable de rafraîchir en été, ajoutez un surcoût minime de 150 à 200 €TTC.

Un contrôle annuel de fuite du fluide frigorigène, obligatoire au-delà d’un certain volume, est généralement à prévoir. La maintenance reste malgré tout très abordable, de l’ordre de 200 à 250 €.

La pompe à chaleur aérothermique air/air : un investissement économique.

Disponible dès juin 2019, la gamme monosplit Vitoclima est idéale en complément d’un générateur existant ou pour remplacer un radiateur électrique.
Elle permet de refroidir, mais également d’apporter de la chaleur. L’investissement, inférieur à 2000 € fourni-posé pour le modèle de 2,7 kW, est plus élevé que pour un convecteur électrique, mais vite rentabilisé au vu des économies réalisées.
Le fonctionnement est ainsi jusqu’à 4 fois plus économique. Aucun coût de maintenance n’est à prévoir.

Un marché de niche : la pompe à chaleur géothermique

La pompe à chaleur géothermique, qui puise l’énergie dans le sol ou la nappe phréatique, constitue une solution performante, mais au coût élevé. Pour une puissance de l’ordre de 10 kW, adaptée aux maisons neuves, comptez entre 10000 € et 13000 €TTC pour la seule pompe à chaleur, disponible en version chauffage seul ou avec production sanitaire intégrée. Il faut ensuite d’ajouter le coût du captage (5000 € en moyenne) et de l’installation (également autour de 5000 €). Soit un budget global d’au moins 20000 €. A l’usage, par contre, ce générateur se révèle peu gourmand en énergie, avec une facture réduite de 10 à 15 % par rapport à une pompe à chaleur air/eau, déjà très économique.

Des aides financières attractives pour diminuer le coût de votre PAC

Les pompes à chaleur air/eau, géothermiques et hybrides bénéficient du crédit d’impôt pour la transition énergétique, à hauteur de 30 % du coût du matériel en 2019. Les coûts de main d’œuvre pour la pose des capteurs géothermiques entrent dans l’assiette du crédit d’impôt. Quand les foyers sont à revenus modestes (selon les barèmes de l’Anah), la totalité des frais de pose d’une pompe à chaleur air/eau, géothermique ou hybride sont également inclus dans la base de calcul du crédit d’impôt.


Pour faciliter le remplacement d’une ancienne chaudière (fioul notamment), les pouvoirs publics ont mis en place début 2019 un « coup de pouce chauffage ». Tous les ménages peuvent bénéficier d’aides financières importantes pour la mise en place d’une pompe à chaleur : jusqu’à 3500 € minimum (2500 € du coup de pouce chauffage, 1000 € de prime de la part de l’énergéticien partenaire et parfois encore une prime fabricant).

Pour les ménages les plus modestes, ces aides sont encore plus importantes (4000 € de coup de pouce et 1500 € de prime énergéticien), auxquelles s’ajoutent la prime « habiter mieux-agilité » de l’ANAH et le chèque énergie.

Cela explique que l’on trouve désormais sur le marché des offres de pompes à chaleur à 1 €, comme il en existe déjà pour l’isolation.

Vous avez un projet de chauffage déjà assez concret ? Vous commencez à vous renseigner sur un projet, en neuf ou en remplacement d’une installation existante ?
Remplissez le formulaire suivant ; nous nous ferons un plaisir de vous accompagner.

Commenter cette publication
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes ou non un visiteur humain et à prévenir les soumissions automatisées de spams.