Blog des experts

Le pot à boue, un indispensable de l'installation de chauffage

Le pot à boue, un indispensable de l'installation de chauffage

Canalisations, vannes, circulateurs, émetteurs de chaleur… une installation de chauffage central comporte différents éléments métalliques en contact avec l’eau. Dès la mise en eau du réseau, le processus de corrosion commence. En présence de l’air contenu dans l’eau, les métaux s’oxydent et des dépôts ferreux se forment puis se déposent dans le réseau. Ce phénomène de boues est aggravé par le développement de certaines bactéries mais aussi par la dureté de l’eau. Ainsi, les boues s’agrègent au calcaire et se déposent sur les surfaces les plus chaudes de l’installation, au niveau de la chaudière. Agissant comme un isolant, ce dépôt diminue les échanges thermiques et l’efficacité du chauffage, tout en augmentant bien sûr la facture d’énergie. Les radiateurs perdent en efficacité et les équipements sont mis à rude épreuve : moindre efficacité des circulateurs de chauffage, colmatage, voire percement, du vase d’expansion… jusqu’à la perforation du corps de chauffe, organe le plus onéreux de la chaudière, provoquée par une corrosion sous dépôts.

Du pot à boue au séparateur d'air, des solutions adaptées

Mieux vaut donc prévenir que guérir ! D’autant que des solutions existent pour protéger votre installation, adaptées à chaque problématique : séparateur d’air pour évacuer l’air présent dans le réseau hydraulique, adoucisseur pour pallier à une eau trop dure et éviter la formation de calcaire… et bien sûr pot à boues pour piéger, comme son nom l’indique, les boues présentes dans le réseau. Jouant le rôle de filtre, cet accessoire s’installe de préférence au point le plus bas de l’installation de chauffage, au plus près de la chaudière sur la conduite de retour. Le générateur est ainsi parfaitement protégé.
Viessmann propose plusieurs modèles de pot à boues, pour toutes les configurations d’installation, disponibles en raccords à visser ou à souder, versions mâle ou femelle…  En complément de la gamme standard, pouvant être insérée horizontalement ou verticalement sur la conduite, Viessmann commercialise la gamme MB équipée d’une bride tournante qui facilite l’installation quel que soit le cheminement de la conduite. Son coût : 174 à 190 € HT suivant le diamètre et le système d’assemblage choisi pour une installation domestique. Ce séparateur de boues est dit magnétique car il comporte un anneau magnétique qui en améliore le fonctionnement en fixant les dépôts ferreux magnétisables. Lors de la maintenance annuelle, il suffit juste au chauffagiste de vidanger le pot à boues en retirant cet aimant, pour ainsi évacuer les particules métalliques piégées.

Installation et maintenance d'un pot à boue : les bonnes pratiques

La gamme MB présente pour autre avantage de présenter un adaptateur très utile, offrant un point d’entrée dans le réseau de chauffage. Dans le cas d’une installation neuve, le professionnel peut ainsi très facilement réaliser un rinçage du réseau, avant la mise en place d’un traitement préventif à l’aide d’un inhibiteur de corrosion. En rénovation, lors d’un traitement curatif, il faut d’abord vidanger l’installation pour évacuer les boues en suspension. Pour les boues colmatées au réseau, on utilise ensuite un désembouant (ou disperseur de boues). Ce produit de traitement, dont la durée d’action varie selon les fournisseurs, détache les boues et nettoie en profondeur. Il suffit ensuite de rincer l’installation puis d’injecter l’inhibiteur de corrosion. Votre installation de chauffage est alors pleinement protégée d’une usure prématurée.

Vous avez un projet de chauffage déjà assez concret ? Vous commencez à vous renseigner sur un projet, en neuf ou en remplacement d’une installation existante ?
Remplissez le formulaire suivant ; nous nous ferons un plaisir de vous accompagner.

Commenter cette publication
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes ou non un visiteur humain et à prévenir les soumissions automatisées de spams.