Blog des experts

Qu’est-ce que le point de rosée d’une chaudière à condensation ?

Qu’est-ce que le point de rosée d’une chaudière à condensation ?

Lorsque l’on parle de chaudière à condensation, le point de rosée est souvent évoqué. Mais à quoi fait-il référence ?

Le point de rosée désigne la température à partir de laquelle la vapeur d’eau contenue dans les produits de la combustion commence à se condenser.

Le gaz et le fioul possédant des compositions chimiques différentes, le point de rosée est atteint autour de 57°C pour le gaz et 47°C pour le fioul.

La condensation : un gain d’énergie

Ce phénomène de condensation permet d’utiliser la chaleur latente de la vapeur d’eau contenue dans les fumées. Un principe à la base du fonctionnement d’une chaudière à condensation. A l’inverse, une chaudière basse température évite toute condensation des produits de la combustion.

Il y a également moins de déperditions de chaleur par les fumées avec une chaudière à condensation car la température des fumées est moins élevée.

Le gain théorique de chaleur d’une chaudière à condensation par rapport à une chaudière basse température est ainsi de 11 % pour le gaz et de 6 % pour le fioul.

Chaudière à condensation : des rendements supérieurs à 100 %

Pour établir le rendement d’une chaudière à condensation, la référence reste le PCI (pouvoir calorifique inférieur). Ce dernier désigne la chaleur dégagée par la combustion complète d’un combustible, sans prendre en compte la récupération de la chaleur latente de la vapeur d’eau contenue dans les fumées.

Les chaudières à condensation obtiennent donc un rendement sur PCI supérieur à 100 %. Cette valeur est à distinguer du PCS (pouvoir calorifique supérieur) qui correspond à la chaleur émise par la combustion complète, y compris la chaleur latente.

Comment faire des économies ?

Pour obtenir les meilleurs rendements d’une chaudière à condensation, il faut que la température des fumées soit inférieure à la température du point de rosée afin que la vapeur d’eau des gaz de chauffe condense.

Il est donc nécessaire d’obtenir une température de retour du circuit de distribution de chauffage la plus basse possible. Cette dernière dépend du dimensionnement de l’installation de chauffage et des conditions climatiques (plus la température extérieure est basse, plus la température de retour est élevée).

Il est ainsi conseillé d’associer une chaudière à condensation avec un plancher chauffant ou des radiateurs basse température.

Les économies d’énergie réalisées avec une chaudière à condensation restent intéressantes même avec une installation de chauffage dimensionnée à 90/70°C. En effet, la température de retour ne sera la plus élevée que pendant les périodes les plus froides. De plus, l’installation d’une régulation en fonction de la température extérieure va adapter la température de départ et donc permettre à la chaudière de condenser une grande partie de l’année.

Commenter cette publication