Blog des experts

La corrosion dans une installation de chauffage

La corrosion dans une installation de chauffage

La corrosion est un phénomène naturel, causé par de multiples facteurs, qui se manifeste dès la mise en service d’une installation de chauffage.

La corrosion altère le rendement de votre chaudière et peut mettre en péril les différents éléments qui composent votre installation. Si votre chaudière émet des bruits de bouillonnement ou de claquement, si elle se met en sécurité, si vous constatez des fuites générant des baisses de pression, si vos radiateurs ne chauffent plus en partie basse ou se percent, si la présence d’air vous oblige à faire des purges régulières… votre installation est peut-être embouée.

Contactez votre installateur pour mettre en place un traitement curatif. Sans oublier que toute installation de chauffage doit faire l’objet d’un traitement préventif pour lutter contre la corrosion.

Les 8 principales formes de corrosion

  • La corrosion par l’oxygène
    L’oxygène présent dans l’eau d’alimentation des chaudières attaque le fer. L’oxyde de fer généré par la corrosion se dépose sous forme de boues dans l’installation.
  • La corrosion acide
    L’acidité du réseau d’eau de chauffage est déterminée par le pH (potentiel d’hydrogène). Les métaux y sont sensibles. La corrosion de l’aluminium intervient si le pH < 4,5 ou > 8,5, le fer si le pH < 9,6 et le cuivre si le pH < 7 ou > 12.
  • La corrosion galvanique
    Deux métaux différents, plongés dans un milieu aqueux, créent un courant électrique dû à leur différence de potentiel. Le métal le plus noble, celui au potentiel le plus élevé (la cathode), attaque le métal le moins noble, celui au potentiel le plus bas (l’anode). Ce phénomène de pile électrochimique s’accentue s’il y a une différence significative de potentiel entre les deux métaux. Une échelle galvanique a été établie :
  • La corrosion par piqûration
    La corrosion par piqûration est une forme de corrosion galvanique localisée, qui entraîne à terme la perforation ou la fragilisation de la pièce touchée.
  • La corrosion sous dépôts
    Dans une installation de chauffage, les zones où s’accumulent les dépôts sont faiblement oxygénées et sensibles à la corrosion. Elles constituent l’anode et les zones plus oxygénées la cathode. Un radiateur attaqué par la corrosion percera généralement en bas, là où les dépôts sont concentrés.
  • La corrosion par érosion
    La corrosion par érosion est produite par le mouvement d’un fluide corrosif à la surface du métal qui va provoquer des sillons et des trous.
  • La corrosion sous contrainte
    Il s’agit de la combinaison d’un milieu agressif pour le matériau et d’une contrainte mécanique en tension comme par exemple le cintrage, la dilatation ou la variation de pression. Ce type de corrosion entraîne l’apparition de fissures, voire la rupture de la pièce.
  • Corrosion bactérienne ou biocorrosion
    Cette corrosion est due à la présence de bactéries sulfato-réductrices, qui forment des biofilms à la surface des métaux et transforment les sulfates et les sulfites de l’eau de chauffage en sulfures. Anaérobies, c’est-à-dire qu’elles se développent en l’absence d’oxygène, ces bactéries acidifient le pH du milieu, accélérant la corrosion.

Corrosion & installation de chauffage : corrosion galvanique…

Commenter cette publication