Blog des experts

Indéniablement, les aides financières en vigueur sont très favorables et encouragent la réalisation de travaux améliorant l'efficacité énergétique des bâtiments. Pour tout maître d’ouvrage, propriétaire occupant, bailleur ou même locataire, il existe ainsi plusieurs aides qui réduisent le prix réellement payé par le client final pour une nouvelle installation de chauffage, performante, économe en énergie et peu polluante.

La première incitation est la TVA à taux réduit de 5,5% au lieu de 20%. Vient ensuite le CITE (Crédit d’Impôt Transition Energétique) de 30% sur le prix du matériel TTC. Même si cette aide au chauffage est plafonnée, elle reste la plus intéressante de toutes.
Il existe également la Prime Energie (ou prime Certificat d’Economie d’Energie) qui se monte à quelques centaines d’euros et qui doit être décrite et validée avant l’engagement des travaux. Enfin, en cas de changement imprévu de l’installation de chauffage (panne irrémédiable par exemple) ou pour ceux qui ne souhaitent pas utiliser leur épargne, il existe l’Eco-prêt à taux zéro, de 10.000 à 30.000 €.
A noter que le CITE, la prime Energie et l’Eco-PTZ sont soumis à l’obligation de faire réaliser les travaux par un installateur qualifié RGE (Reconnu Grenelle de l’Environnement).

A titre d’exemple, sur une installation fournie-posée chiffrée à 8.000 €HT par votre installateur (6.000 € au titre du matériel et 2.000 € pour la main d’œuvre), le gain de TVA sera de 1.160 € (8.440 € payés au lieu de 9.600 €) et le prix réellement à charge sera d’environ 6.200 €TTC au lieu de 8.440 €TTC.
Parlez-en à votre installateur qualifié RGE. Il dispose de toutes les informations utiles en matière d’aide au changement de chaudière, et avec une installation rénovée, vous aurez d’avantage de confort tout en faisant des économies supplémentaires.

Aides & financement